Mieux comprendre le shape d’une planche de surf

with Pas de commentaire

Mieux comprendre le shape d’une planche du tail au nose en passant par les rails


Comment le nose, les rails et le tail d’une planche s’harmonisent-ils pour créer une bonne planche ?

Il y a énormément de facteurs qui influent sur la performance de votre planche, vous y compris. On en note trois principaux, liés à la structure même de votre planche : le nose, les rails et le tail. La combinaison de ces trois parties peut donc faire de votre planche une bombe… ou une bouse.

 

Mieux comprendre le shape d'une planche
Dans l’atelier de Nico Delor.

 

Le nose

Le nose est la partie avant de votre planche.

L’outline (la forme) du nose à un rôle considérable dans la façon dont votre planche va partir dans les vagues.

Plus le nose est large ou arrondi, plus la surface à l’avant (1/3 de la planche) est grande, permettant à l’avant de rester plus haut sur l’eau lorsque vous ramez. Il permet également d’avoir une meilleure glisse dans les petites vagues ou les vagues assez molles.

Au contraire, plus le nose est « pointu », plus il correspond à des planches performantes.
Ce type de nose est uniquement dédié à la performance de la planche. Il n’est d’aucune aide pour partir dans une vague, sauf lors de late take-off dans des vagues creuses. Le nose « pointu » ajoute plus de courbure à la ligne de rail globale de la planche, permettant à la planche de mieux tenir dans la poche d’une vague creuse et d’empêcher la planche de planter.

Autre avantage, non négligeable, un nose pointu sur une petite planche vous facilite clairement la vie lors de vos canards, dû à la faible présence de matière sur l’avant de votre planche. Mais attention cela ne doit pas être un critère lors de votre choix.

Les Rails

Les rails jouent un rôle très important dans la performance de votre planche.

Les rails couvrent toute la longueur de la planche, du nose au tail, de sorte qu’ils nécessitent une grande attention de la part du shaper. Certainement la partie la plus difficile à réaliser et à vous expliquer car en réalité les rails sont une affaire de feeling et d’œil du shaper sans réelle mesure.

 

*On va essayer de faire simple et concis tout en restant complet et compréhensible.

 

Il y a beaucoup de termes liés aux différents types de rails et des combinaisons illimitées sur la façon dont ils peuvent être confectionnés.

Dans sa forme la plus simple, chaque planche de surf tombera dans l’une des deux catégories : rails ronds ou rails pincés, qui à son tour peut être décomposé en rails pleins ou rails effilés.

Dans les grandes lignes, on peut donc avoir un rail rond et plein, un rail rond et effilé, un rail pincé et plein, ou un rail pincé et effilé.

 

*On vous a déjà perdu ou c’est bon ? On continue…

 

Les rails ronds se retrouvent sur un grand nombre de types de planches ; à la fois sur les planches de débutant, sur les longboards mais aussi sur certains types d’hybrides et de shortboards. C’est un type de rail qui s’oriente principalement pour des planches à destination de petites vagues. Il fournit à la fois plus de stabilité et plus de facilité à surfer.

Les rails pincés, trouvés principalement sur les shortboards de performance, sont aussi adaptables à n’importe quels types de planches.
Un rail pincé pénètre plus facilement dans l’eau, il est plutôt réservé à des surfeurs de niveau confirmés et pour des vagues creuses et rapides. En effet, sous l’effet de la vitesse, il est difficile d’enfoncer un corps dans l’eau et cela vaut également pour une planche de surf. Ainsi, le rail pincé fend l’eau, apportant conduite et accroche sur la vague.

Peu importe que vos rails soient ronds ou pincés, s’ils sont pleins, ils vous apportent plus d’aisance dans vos virages et une meilleure relance en fin de vague. Pour le surf en général, ces rails offrent une meilleure stabilité et une rame plus facile.

Un rail effilé s’enfonce quant à lui plus facilement dans l’eau. Il sera plus agréable et rapide pour amorcer vos virages et facilitera un surf rail to rail. Le point négatif est qu’il manque de conduite en sorti de virage. Il a également tendance à être moins indulgent car il est plus aisé de planter le rail de votre planche sans le vouloir. Comme une faute de carre en snow ou en ski.

*Vous êtes encore avec nous ? Car ce n’est pas encore fini…

 

Maintenant, séparons le rail en deux parties, depuis le point le plus large de la planche, que l’on appellera ligne de rail. On obtient alors le « rail du dessus » et le « rail du dessous ». Facile à voir qu’ils ne sont pas symétriques. A l’exception de quelques longboards old school, on parle alors de rail 50/50 et il est souvent associé à un rail rond.

Pour la majorité des planches, le rail du dessous et plus petit et plus vertical que le rail du dessus. Cette partie basse du rail est la plus importante car c’est elle qui détermine le type d’accroche de la planche dans la vague.
Dans les proportions, on retrouve souvent du 60/40 ou 80/20. Attention, cette proportion n’est que théorique et elle a pour but de simplifier notre explication. En réalité, le choix des proportions est illimité. Elle dépend entièrement de la vision et du feeling du shaper.

Une proportion de rail en 60/40 peut se configurer à la fois avec des rails ronds et des rails pincés. C’est une bonne option pour des planches un peu fun, des planches de petites vagues, des fishes, etc.
C’est le bon mélange pour allier stabilité et maniabilité.

Une proportion de rail proche des 80/20 est caractéristique de planches performantes et donc associé à un rail pincé. Cette configuration apporte énormément de manœuvrabilité et favorise un surf sur le rail.

Ce qu’il faut retenir :

Plus le rail du dessous va être verticale et anguleux, plus il sera technique à surfer car réactif. La planche rebondit sous les appuis, au détriment parfois du contrôle. Au contraire, lorsque le rail du dessous dessine une pente plus longue vers le dessous de la planche et que cette transition est douce, plus la planche sera maniable et facile à contrôler.

Vous l’aurez compris les rails sont vraiment un bordel sans nom ! C’est aussi, la partie la plus importante de la planche car elle définira entièrement le caractère de celle-ci.

 

Le tail

Pour finir, le tail de la planche.

Comme toutes les autres parties d’une planche, les possibilités pour la forme d’un tail sont quasiment infinies. Cependant, il y a quelques principes de base à avoir en tête.

Un large tail vous donnera plus de maniabilité et de flottabilité.

Un tail fin sera plus propice à un surf sur le rail et aura plus d’accroche dans des vagues creuses.

Un tail arrondi va « retenir » l’eau un peu plus longtemps sous la planche et se traduira par une meilleure prise et davantage de contrôle. Ce type de tail est très agréable dans des longues vagues ouvertes qui vous permettent de sculpter de longs carves sur la face de la vague.

Des angles plus « durs » éjectent l’eau sous la planche et offrent une sensation plus lâche et réactive de la planche. Ce type de tail est idéal pour des vagues « punchy », courtes et rapides, qui vous demandent un tempo élevé et peu de temps pour enchainer vos manœuvres.

 

Mieux comprendre le shape d'une planche
Différents shortboards différents types de tails signés Rob Vaughan.

Malgré la diversité infinie de formes de tails, on retrouve très souvent 5 formes classiques :

  • Squash tail
  • Square tail
  • Round tail
  • Pin tail
  • Swallow tail

Le squash tail est le tail le plus commun que l’on retrouve sur les shortboards. Une partie arrière carrée avec des coins arrondis vous donne la vivacité d’un square tail mais avec un certain maintient d’eau sous la planche. Il permet également de bénéficier davantage de largeur qui vous aidera à passer les sections plus lentes de la vague.

Le square tail est similaire au squash tail mais ses angles plus aigües relâchent davantage l’eau sous la planche et vous rapproche des sensations d’un skateboard.

Le round tail est l’idéal quand la houle grossit et que les vagues offrent un long mur ouvert. La courbe continue du tail aide à maintenir l’eau, vous donnant plus de contrôle sur les vagues plus grosses et creuses.

Le pintail est une configuration que vous retrouverez sur beaucoup de planches dites « step up » ou des guns. Il est parfait pour se caler des tubes ou simplement tracer de grandes lignes dans des vagues solides et raides. Ce type de tail n’est pas pratique à tourner, sa fonction est de fournir une bonne accroche dans la vague.

Le swallow tail s’accorde à la perfection avec des planches de petites vagues.

Habituellement, on privilégiera un tail large dans de petites conditions pour pouvoir générer facilement de la vitesse. Cependant, les deux minis « pin tail » formés par le swallow vous apporteront une plus grande prise de vitesse dans des vagues petites et creuses.

Les différents types de tails par La Grange du Shaper

Les grandes lignes

Fondamentalement, chaque partie de la planche forme un tout interdépendant.

Chaque planche est une harmonie entre nose, rails et tail et il en existe une combinaison infinie. Il suffit juste de trouver le bon équilibre pour qu’une planche soit bonne ou mauvaise.

 


N’hésite pas à nous rejoindre sur Instagram et/ou Facebook.