with Pas de commentaire

Nicolas Dizet

 


 

Direction la Rochelle pour échanger quelques mots avec Nicolas Dizet de S4F Surfboards…

 

La Grange du Shaper : Quand et pourquoi as-tu commencé à shaper ?

Nicolas : J’ai commencé à shaper en 2003 avec une bande de copains. A l’époque, on bossait tous dans la construction navale à Lorient. C’est un peu sur un coup de tête qu’on s’est lancé dans mon salon transformé en salle de shape. Il en fallait bien un qui se sacrifie et j’étais le moins regardant niveau ménage. (La Grange du Shaper adore le concept salon/salle de shape… à méditer ;))

On voulait surtout tester des designs et se retrouver autour d’une passion commune mais au-delà du délire de potes, c’était l’occasion pour moi de pouvoir avoir une planche à mes cotes. Je ne trouvais rien de concluant côté occasion et le neuf n’était pas dans mon budget, j’ai donc tenté le DIY !

 

LGS : D’où viennent tes influences ?

Nicolas : Elles sont multiples et plutôt contemporaines…

Robin Goffinet (Robsurfboards) pour les matériaux alternatifs, Antoine Hodin (Atelier Dust Barn) pour les planches en dehors des codes, Daniel Thompson (Firewiresurfboards)  et Donald Brink (Brink Surfer Boards) pour le design.

A chaque spécificité, une influence particulière qui crée un melting pot plutôt sympa.

 

LGS : Quels types de planches préfères-tu shaper ?

Nicolas : J’adore shaper les fish rétro, plutôt modernes et les planches asymétriques.

 

 

LGS : Qu’est ce qui t’a inspiré ces modèles ?

Nicolas : Pour le fish retro, c’est « Sprout » un film de Thomas Campbell où l’on voit notamment Dan Malloy et Dave Rastovich en surfer.

Pour les planches asymétriques, plus qu’un design, j’ai surtout accroché sur la démarche d’Ekstrom puis de Brink. Ils montrent que le design peut aider à corriger une gestuelle et avoir une perception différente de dos et de face.

 

 

 

LGS : Quelles sont les conditions idéales pour surfer ton twin ?

Nicolas : Le twin, c’est vraiment la planche idéale pour surfer en Charente, on peut d’ailleurs la surfer un peu partout. Mon twin s’appelle « mobylette model », c’est vraiment comme une mob, quand t’en as une tu fais tout avec… aussi bien aller à la boulangerie, faire son check surf, aller prendre l’apéro, voir ses potes et même passer faire une bise à ta grand-mère, c’est pour dire tout ce qu’on peut faire !

 

 

 

LGS : Qui rêverais-tu de voir surfer tes planches ?

Nicolas : Tous mes potes, S4F c’est Surfboards 4 Friends mais pas que…

 

 

 

LGS : Quel est pour toi le meilleur moment dans la réalisation d’une planche ?

Nicolas : Humainement la livraison ! Mais partager une session de shape ou de glass, ça vaut le coup aussi.

 

 

 

Le retour de la Grange du Shaper :

Profitant de l’énergie que le surf peut lui offrir, pour Nicolas, être shaper, c’est avant tout pouvoir partager sa passion et c’est énorme !

Faire de son mieux et aller chercher toutes les sources possibles d’inspiration afin d’offrir à chaque surfer le meilleur, ces bonnes vibes et ce melting pot se retrouvent donc sans étonnement dans ses boards.

Sans filtre, sans façade, sans chichi, cette simplicité et cette vision du surf comme un moment de partage entre potes donne l’envie à La Grange du Shaper de se retrouver au pic avec ce genre de mec ! Aller Nico, on se fait une session ? 

 

Retrouve Nicolas sur :


Instagram / Facebook

Le lien vers son site internet

 

 

BONUS

 


 

N’hésite pas à nous rejoindre sur Instagram et/ou Facebook.

Retour à la page d’accueil

 


Article rédigé par Camille – @Camille_lietud.

 

Répondre